Espace Numérique de Travail (ENT)

Agenda

Août 2018
L Ma Me J V S D
1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31

Météo Ambert

Connexion

Pour créer un compte, vous devez:

  • - faire partie des élèves de l'établissement,
  • - ou être parent d'un élève,
  • - ou être membre de l'équipe pédagogique.
Vous devez indiquer
  • - votre véritable nom de famille, et
  • - une adresse Email valide dans le registre d'inscription.
Vous recevrez ensuite une confirmation de la part de l'administrateur.

Qui est en ligne

Nous avons 205 invités et aucun membre en ligne

Coin nature

La curiosité et les sciences ne motivent décidément que les élèves des 6ème et de 5ème. Un total de 33 élèves se sont pour le moment inscrits au programme. Pour débuter, une dizaine de missions leur sont confiées.
Les élèves répartis en groupes de 3 ou 4 doivent mener leur mission en proposant des solutions techniques sur des bases scientifiques, et doivent communiquer sur leur mission via le site Internet et des affiches prévues pour la journée portes ouvertes.

Mission N°1: Maîtres composteurs.
Mission N°2: Développer la biodiversité des invertébrés dans notre coin nature.
Mission N°3: Développer la biodiversité des vertébrés dans notre coin nature.
Mission N°4: Développer la biodiversité des plantes dans notre coin nature.
Mission N°5: Développer la biodiversité des arbres dans notre coin nature.
Mission N°6: Développer la biodiversité de la faune du sol dans notre coin nature.
Mission N°7: Développer le potager "bio".
Mission N°8: Développer un nouveau potager "bio".
Mission N°9: Gestion de l'eau et des arrosages.
Mission N°10: Maîtres décoctions, infusions, macérations.

 

Consulter l'album photos

 

La végétation est en pleine expansion en cette saison, même si les excès de pluie finissent par porter préjudice à la croissance des plantes. 

 

Le temps consacré au jardin étant bref, il faut être efficace.

 

Repiquage d'un plant de chou, couverture de BRF, avec sa couronne de gaillet gratteron pour protéger des limaces (efficacité non vérifiée) et sa colonne enfoncée en terre pour un arrosage en profondeur. 

 

 

 

Malgré des missions définies et un encadrement des activités, le jardin reste en partie en autogestion puisque les élèves gardent une part de liberté dans leur organisation. Les aménagements et les essais qui demandent une certaine rigueur ne sont pas toujours concluants. Mais qu'importe, nous sommes tous là pour apprendre.

 

 

Pot garni de paille pour accueillir des insectes comme des perce oreilles qui peuvent participer à la protection des plantes du potager contre les insectes prédateurs.

 

 

 

Comptage des "petites bêtes" à l'intérieur d'une zone délimitée, avec une grille d'inventaire en fonction de la forme des animaux observés. Mais c'est un travail de patience qui demande de la rigueur scientifique. Les résultats obtenus ne sont pas exploitables!

 

 

 

 

L'endoscope nous a permis d'explorer les nichoirs installés pour certains depuis 3 ans. Si la plupart montrent des signes d'occupations avec les mousses et des feuilles, nous n'avons observé aucun œuf ni oisillon. C'est un peu décevant d'autant que de nombreuses espèces occupent la zone, même un rouge-queue à front blanc qui vocalise en permanence. Il faut parfois s'armer de patience pour voir le résultat de tous ces aménagements. 

  

 

Difficile d'accepter pour certain un jardin couvert de hautes herbes. Le jardin a comme image des plants bien alignés et une terre mise à nu. Ce n'est pourtant pas l'état naturel d'un écosystème riche ni la meilleure façon d'entretenir le sol. Dans notre potager, il n'y a pas de mauvaises herbes mais des adventices que l'on élimine que si c'est nécessaire pour contrôler la végétalisation. 

 

 

Recherche de la mésofaune dans le compost (collemboles, oribates, gamasides...). 

 

 

 

Production de purin d'orties pour ses propriétés de fertilisant et d'activateur du compost ; mais aussi culture de phacélie, de tanaisie et de consoude.

 

Le jardin est l'occasion d'expérimenter: tester l'efficacité du BRF, du compost et du lombricomposteur, comparer le taux d'humidité des sols, comparer la biodiversité en fonction de la hauteur de l'herbe, comparer les aliments pour oiseaux en hiver... C'est aussi l'occasion d'apprendre à récupérer l'eau de pluie, utiliser les propriétés de certaines plantes et d'entretenir la biodiversité. Il faut aussi préparer le potager à une totale autonomie durant l'été pour espérer quelques récoltes à la rentrée, et pouvoir lancer de nouveaux projets.

 

Avec le printemps, les activités ne manquent pas au jardin mais le temps disponible ne permet pas de répondre à tous les besoins. Il faut donc apprendre à être efficace et judicieux. Ce qui amène à des discussions sur la conception de chacun de ce que doit être un jardin. Le concept du jardin vivant tolérant les adventices et respectant le sol s'oppose à celui du jardin tiré au cordeau avec une terre mise à nue sans une mauvaise herbe. C'est après tout un jardin pédagogique qui est conçu pour apprendre.

Action musclée et totalitaire au jardin...

 

 

 

Pour apprendre donc que le film poreux est un moyen efficace pour obtenir un sol prêt à recevoir tous nos plants sans aucun désherbage et sans intervention mécanique. Facile alors de planter d'autres plants de courges. 

 

 

 

Sous le film poreux 

 

 

 

 Encore des courges

 

 

 

 

 

L'hôtel à insectes bat son plein. Une femelle Osmie cornue, une abeille sauvage solitaire, a été observée au repos avec deux petites boulettes de terre, probablement prêtes à obstruer des trous où notre abeille a déposé ses œufs. Fidèle, elle est probablement née dans notre hôtel à insectes. Ces abeilles sauvages ont quasiment disparu des régions en agriculture intensive. 

 

Osmie cornue femelle

 

 

 

Les abeilles sauvages, c'est très bien. Ce qui est bien aussi, ce sont les abeilles domestiques. Le socle est installé et la cheminée est construite par notre vaillant Bruno. Nous sommes prêts à recevoir la ruche.

 

 

 Socle devant recevoir la ruche et la cheminée

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour préparer les journées portes ouvertes, les jardiniers ont planté quelques fleurs dans les bacs sous les conseils d'Enzo. Pendant ce temps, d'autres élèves ont garni l'hôtel à insectes avec des branches de sureau, mais il reste encore de la place. L'arrivée du printemps est annoncée par la sortie des primevères qui couvrent les zones ombragées du jardin. 

On n'attrape pas les mouches avec du vinaigre, pourtant on peut capturer des vers de terre pour faire l'inventaire sur une parcelle. C'est ce qu'ont essayé les élèves chargés de la mission sur l'exploration de la faune du sol. Le principe est de délimiter une surface d'un quart de mètre carré (50cmx50cm) et de l'arroser de vinaigre bien dilué dans de l'eau. L'irritation les fait remonter à la surface, sans les tuer, bien entendu. Quatorze vers de terre ont ainsi été capturés sur un carré du nouveau potager. Reste à comparer ce résultat avec d'autres sols du coin nature.

 

 

 

 D'autres missions avancent avec la saison. Des phacélies ont été semées sur quelques carrés pour l'enrichir de cet engrais vert. La phacélie est aussi une plante mellifère (qui attire les abeilles), qui attire aussi de nombreux insectes auxilliaires du jardinier. Plusieurs semis seront étalés sur la saison pour assurer une continuité.

 

Bien qu'il soit un peu tôt dans la saison, quelques plants de courges ont été repiqués à l'abris sous des tuiles et de la paille pour les protéger en cas de gel.

 

 

 

 

 

 

Le projet d'installer une ruche prend forme puisque Bruno, chargé de l'entretien, s'applique à construire le socle qui accueillera la ruche et la cheminée de 2m devant la planche d'envol.

 

 

 

 

 

 

 

Durant l'hiver, les élèves ont passé l'essentiel des séances à préparer leurs posters pour les expositions. Mais le printemps s'annonce doucement et les activités vont reprendre progressivement. 

Bien que ce soit encore tôt, les élèves ont commencé les premiers semis en godets des graines de courges qu'ils ont mis à sécher depuis l'automne. 

 

 Semis des graines de courges en godets.

 

  

Visite au jardin pour voir ce qu'il se passe sous le film poreux installé pour désherber et préparer le terrain. L'efficacité se remarquera surtout lorsque la végétation aura redémarré. 

  

 Film poreux opaque au potager.

 Pesée des graines pour le calcul.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La saison tire à sa fin aussi pour les mangeoires et l'alimentation des oiseaux du jardin, l'occasion de faire le point. L'excellent livre "Un an dans la vie d'une forêt" de David George Haskell, chez Flammarion, rapporte entre autre qu'une graine de tournesol procure 1kJ d'énergie, et qu'un oiseau comme une mésange a besoin de 65kJ par jour en période de grand froid. Avec une consommation de l'ordre de 25kg de graines de tournesol durant cet hiver, on estime avoir alimenté en moyenne chaque jour un minimum de 4 passereaux en période de grand froid. C'est évidemment une estimation revue à la hausse lorsque les températures sont plus clémentes. 

 

 

Les services techniques de la Communauté de Commune d'Ambert Livradois Forez ont prêté au collège un lombricomposteur pour un projet pédagogique. 

 

 

 

Avec le concours d'Augustin qui a capturé des vers, l'élevage d'Eisenia fetida vient de démarrer. Une colonie de plusieurs centaines de vers a été installée dans le premier étage du composteur avec de délicieux déchets végétaux de cuisines et des feuilles mortes (matière verte + matière sèche) pour maintenir un taux d'humidité optimum. 

 

 

 

Les élèves, en particulier ceux de 6ème, suivront le développement de l'élevage en recherchant les œufs et en observant la décomposition des végétaux. 

 

 

Pour participer à l'instalaltion d'un rucher pédagogique, nous lançons un financement participatif par tranches de 10€ sur inscription (Nom, adresse Email) contre la promesse d'un pot de miel (sous réserve d'une production, du respect de la réglementation et de l'accord des autorités sanitaires). Le montage du projet sera à suivre sur le site Internet de l'établissement.