Espace Numérique de Travail (ENT)

Agenda

Septembre 2021
L Ma Me J V S D
1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30

Météo Ambert

Connexion

Pour créer un compte, vous devez:

  • - faire partie des élèves de l'établissement,
  • - ou être parent d'un élève,
  • - ou être membre de l'équipe pédagogique.
Vous devez indiquer
  • - votre véritable nom de famille, et
  • - une adresse Email valide dans le registre d'inscription.
Vous recevrez ensuite une confirmation de la part de l'administrateur.

Qui est en ligne

Nous avons 107 invités et aucun membre en ligne

Ca coule de source ! 2020-2021

En 6ème, les conditions métérologiques nous avaient contraints de repousser la visite de la vallée du Fossat à deux reprises. Nous nous étions donné rendez-vous en 5ème. Programmé pour le printemps, c'est la COVID-19 qui nous a obligés à annuler de nouveau. Voilà ces mêmes élèves maintenant en 4ème, toujours sous la pression de la pandémie, la sortie est tout de même programmée un vendredi de la mi-juin. Alors enfin, toutes les conditions étaient requises, tous les voyants étaient au vert, juste sur une fenêtre météo de beau temps, deux ans après la première programmation, les élèves ont enfin gravi les pentes de la vallée du Fossat

Vallée du Fossat, Monts du Forez.

Organisé par le Parc Naturel Régional du Livradois Forez, dans le cadre du programme Défi Collège Nature financé par le Conseil Départemental du Puy de Dôme, voilà les élèves de 4ème invités à découvrir cet Espace Naturel Sensible, labellisé Natura 2000. A cette occasion, le Parc Naturel Régional du Livradois Forez nous a fait tester en avant première un dossier pédagogique mis au point pour faciliter l'accès des enseignants et leurs classes à ce site protégé. Outre des informations complètes sur la vallée, le parcours des élèves est balisé de pauses avec des questions permettant de découvrir les aspects géologiques et biologiques du site. Arrivé au sommet à la Croix du Fossat, le parcours fait découvrir une Jasserie et une vue de l'horizon. 

Sur le retour, échanges sur toutes les découvertes faites en suivant le parcours du dossier pédagogique.

Comme production, pour valoriser la visite, les élèves ont dû produire un puzzle géant dont chaque pièce traite d'un sujet de la visite. Un autre groupe était chargé de rédiger un article pour le bulletin. Ces pièces géantes de puzzle proviennent d'une entreprise locale Smurfit Kappa DORE EMBALLAGE. 

Production des élèves suite à la visite de la vallée du Fossat.

 

Depuis deux ans, le bassin de l'école reçoit un peu plus d'attention. Cette ancienne fontaine hébergeait quelques larves, des punaises d'eau, des tritons et quelques poissons rouges aujourd'hui disparus. L'absence de ces derniers, prédateurs en haut de la chaîne alimentaire dans ce tout petit bassin d'envion 3000L, et l'installation de plantes aquatiques, a provoqué une véritable explosion de la biodiversité en deux ans. Les élèves du cycle 3 ont pu voir évoluer les plantes et les animaux au cours de la saison et estimer la richesse de la biodiversité. Grâce au financement du Défi Collège Nature, le bassin a été sécurisé par une barrière et l'alimentation en eau en été est désormais assurée par un récupérateur d'eau de pluie et une pompe capable de puiser l'eau au fond de l'ancien puits. Ces aménagements font évoluer le bassin qui devient un véritable attrait pédagogique sur lequel s'appuyer pour travailler l'écosystème aquatique, les cycles de vie des végétaux et de certains animaux, les clés de détermination, le réseau trophique et l'impact des installations pour promouvoir la biodiversité

 

Visite de l’installation de la filière des eaux de St-Ferréol-des-Côtes
Le 2 Avril 2021, nous avons visité St-Ferréol-des-Côtes. La commune compte 545 habitants avec une consommation moyenne de 130m3 d’eau/an/habitant. Nous avons visité les installations en amont (prélèvement de l’eau) et en aval (traitement de l’eau usée) du réseau.
Comment l’approvisionnement en eau se fait-il dans ce village, en amont et en aval du robinet ?
L’eau de la commune est alimentée par 6 captages. Du captage, l'eau est menée jusqu’à une cuve pour y être filtrée grâce à du calcaire et des coquillages puis du chlore est ajouté pour tuer les bactéries. L’eau est fréquemment analysée pour s’assurer de sa potabilité. Elle est distribuée dans toutes les habitations de la commune de St-Ferréol-des-Côtes. Après le robinet, les eaux usées vont dans une station d’épuration pour y subir une série de traitements passant par plusieurs filtres ayant pour but de rendre cette eau propre pour qu’elle puisse être rejetée dans la Dore. Deux fois par an, un camion vient récupérer les boues des excréments pour qu’ils soient utilisés en tant que fertilisants. Cette sortie nous a permis de nous rendre compte de l’importance de l’eau dans notre vie et de l’importance de ne pas la polluer. Cette dernière partie nécessite un engagement commun par respect pour les agents d’entretien et surtout, pour le respect de l’environnement.
L’eau est-elle si présente que ce que l’on pense sur Terre ?
Il faut savoir que sur toute l’eau présente sur Terre, seulement 2% est de l’eau douce.
L’eau est donc une ressource rare et à protéger. Nous avons beaucoup de chance d’en disposer au quotidien contrairement à certains pays pour lesquels l’eau potable est une ressource rare.
Vu l’évolution de la disponibilité en eau douce, nous risquons d’avoir de moins en moins d’eau et elle risque d’être de plus en plus chère. Il faut donc l’économiser le plus possible dans l'intérêt de tous. Si l’on jette quelque chose dans la nature, il va forcément se retrouver dans l’eau que nous buvons chaque jour ou finir dans les rivières où les poissons vivent. Il vaut mieux trier nos déchets et ne pas laisser l'environnement s'en charger.
Réalisé par : Matéo N., Lilian G., Mathieu C., Julien B, élèves de 4ème.

 

Visite du réseau de distribution en eau potable à Saint-Ferréol-des-Côtes
Station de captage d’eau :
Nous avons visité en premier lieu une des stations de captage d’eau à Saint Ferréol-des-Côtes. Nous avons vu des cuves en béton qui récoltent l’eau de la nappe phréatique et laisse décanter les impuretés comme les cailloux et le sable. L’eau s’écoule à 200 litres par minute en cette période. Mais le débit peut varier entre les saisons. En fin d’hiver, début printemps, il y a plus d’eau et en automne il y a moins d’eau. Le terrain est clôturé pour éviter que les animaux ne viennent uriner sur la parcelle car l’urine s’infiltrerait dans le sol et finirait dans l’eau. Ensuite, l’eau arrive par un tuyau et rentre dans une cuve avec des cailloux (mélange de calcaire marin et coquillages). Cela permet de filtrer l’eau et neutraliser son pH car à la sortie de la terre l’eau est acide. L’eau va ensuite se diriger par un autre tuyau, dans un réservoir. Le réservoir sert aussi à faire remonter les impuretés de l’eau dans la cuve grâce à un système de pompage d’eau dans le réservoir, qui produit une pression et fait remonter les impuretés, qui sont ensuite rejetées dans la nature. L’eau du réservoir contient 0,20 mg de chlore par litre, ajoutés par une pompe, il permet de tuer les microbes présents dans l’eau car certains peuvent être dangereux. Cette eau va ensuite dans un grand réservoir commun pour être distribué dans toutes les habitations de la commune.
Station de phytoépuration (n°1) :
Nous avons ensuite visité la station d’épuration de Puvic où nous avons vu le parcours des eaux usées. Tout d’abord, nous avons vu les grilles servant à retenir les gros débris malheureusement jeté dans les toilettes (serviettes hygiéniques, lingettes, cotons tiges, et même parfois des serpillères…). L’eau sale passe ensuite dans un bac servant à enlever les matières grasses, puis l’eau arrive dans un réservoir où les matières lourdes (excréments) tombent au fond, alors que l’eau plus propre reste à la surface. Deux fois par an, une partie des boues d'excréments est répandue dans les champs pour faire de l’engrais. Ensuite, l’eau arrive dans une fosse avec des roseaux qui permettent de filtrer l’eau sale. Par la suite l’eau repart dans la nature, et est considérée comme propre. L’eau des égouts est plusieurs fois analysée surtout dans cette période de Covid pour savoir si le virus est présent dans l’eau. Ces analyses se font dans les laboratoires.
Station d’épuration sur lit bactérien (n°2) :
Tout d’abord nous avons vu un puits avec au fond des boues d'excréments, un bassin de décantation, puis un décanteur digesteur.
Conclusion :
Il ne faut pas oublier que l’eau est une ressource de plus en plus rare. Il faut donc l’économiser le plus possible. Sachant qu’une petite fuite dans un tuyau représente une grosse perte d’eau en 1 an. De même, les objets tels que des serpillères, et même des sous-vêtements se retrouvent encore dans les stations d’épurations et engendrent des travaux importants et difficiles pour les personnes chargées de l’entretien. Sans prendre conscience de la nécessité de préserver l’eau, nous aurons probablement des problèmes pour accéder à l’eau potable dans un avenir proche.

Julien Be., Arthur M., Vicki C., Marine T., élèves de 4ème.

Nous avons visité la station d'épuration des lixiviats de la CoCom Ambert Livradois Forez, installée au Poyet à la déchetterie. Les lixiviats sont les eaux d'infiltration des casiers des déchets ultimes, ceux que l'on ne peut pas recycler, et sont enterrés pour plusieurs décennies. La dépollution des lixiviats se déroule en 4 phases: (1) la phase biologique qui fait intervenir des bactéries qui transforment les polluants carbonés, (2) l'ultrafiltration qui retient les matières en suspension et renvoie de l'eau dépolluée dans la cuve de rejet, (3) la nanofiltration à 10-9m qui retient les polluants non biodégradables et sélectionne l'eau dépolluée, et enfin (4) le traitement au charbon actif avant le renvoi dans la lagune pour un nouveau cycle. Les eaux d'infiltration dépolluées sont ainsi rejetées dans l'environnement sans affecter les écosystèmes. 

Louis M., Léa H., Jérémy J.D., Justine L.

 

L'installation de la station d'épuration des lixiviats.

Crédit image OVIVE

 

Les étapes de la dépollution des lixiviats.

Défi Collège Nature du Conseil Départemental du Puy de Dôme débute pour les élèves de 6èmes dont l'objectif pour ces classes est de suivre l'évolution de l'écosystème aquatique du bassin du parc de l'école. Et les autres classes de cycle 3 en profitent aussi. Livré à lui-même pendant des années, une petite faune s'est maintenue dans le bassin. Avec les élèves, nous allons aménager le lieu en implantant quelques plantes aquatiques, en assurant une alimentation en eau de pluie en période de sécheresse, en installant aussi un hôtel à insectes. Il suffit d'observer, de fouiller délicatement les recoins et les fonds, pour voir démarrer les cycles de vie de la faune et de la flore avec l'arrivée des beaux jours. Ca grouille de vie pour les observateurs bien documentés qui veulent bien consacrer un peu de temps au bord de l'eau. 

Clément N., Axel T., Baptiste B., Paul DSP., Enzo B.

Les élèves de 5ème2 ont commencé leur programme d'étude du plan d'eau d'Ambert. C'est Annaïg qui intervient au nom du Parc Naturel Régional du Livradois Forez, dans le programme Trame Verte et Bleue. Pour comprendre comment les aménagements artificiels influencent la biodiversité, Annaïg est venue avec le plateau de jeu Korridor. Les élèves jouent le rôle d'animaux qui subissent les détériorations des écosystèmes ou tirent profit des installations en faveurs de la biodiversité, en tenant compte de la continuité écologique entre les réserves de biodiversité. Pour les prochaines séances, les élèves devront repérer les écosystèmes autour du plan d'eau, pister la présence de quelques espèces et estimer leur chance de se maintenir dans le milieu et d'en investir d'autres grâce aux corridors vertsCe programme fait partie de notre projet de l'année Défi Collège Nature "Ça coule de source !" soutenu par le Conseil Départemental.